Pseudocreobotra wahlbergi                 

               

 

                                                                                  Plus de photos

 

(Afrique de l'est/sud) Découverte par Karl Stäl en 1871.

 

Connue aussi sous le nom de mante fleur, (en anglais "spiny flower mantis"), cette mante de petite taille a une morphologie qui est adaptée à un environnement florale. Elle ressemble au genre Creobroter. Ses couleurs varient du blanc au rose avec des touches de vert. Les spécimens roses sont tout de même bien plus rare. Les antennes sont striées blanc et brun rougeâtre. Le dessous de l'abdomen comporte deux rangés d'épines sur les côtés, la rangée d'épines centrales est plus grande que les quatre autres et sert notamment à la différenciation sexuelle avant l'âge adulte. Lors de la mue imaginale, les Pseudocreobotra wahlbergii déploient leurs magnifiques ailes. Les ailes supérieures sont jaunes-orange à la base, la couleur se dégrade en blanc vers les extrémités. Une très belle ocelle verte orne chacune des ailes supérieures. A noter aussi la forme triangulaire de la tête que l'on retrouve souvent dans cette famille de mantes.

 

Observations :

 

Nous avons relevé que cette mante effectuent des positions d'humiliation régulièrement. C'est donc une espèce très intéressante à regarder. Les positions sont courtes mais sublimes à observer. Préparez bien votre appareil photo avant d'ouvrir le terrarium pour la première fois après la mue imaginale de la mante. C'est à cet instant précis qu'on a pu voir chez toutes nos mantes sans exceptions une belle position d'humiliation. C'est une mante très vorace, il faut prévoir de bonnes quantités de drosophiles lors de la croissance. Les proies rampantes les intéressent nettement moins, à éviter.

 

Taxonomie :

 

Embranchement : Arthropoda

Classe : Insecta

Ordre : Mantodea

Famille : Hymenopodidae

Genre : Pseudocreobotra

Espèce : wahlbergi

 

Dimorphisme sexuel :
 
Les mâles et les femelles sont plus ou moins semblables, les différences ne sont pas autant flagrantes qu'avec par exemple Theopropus elegans. En effet les mâles font 1 cm de moins que les femelles qui elles sont plus trapues. Nous n'avons pas observé de femelles qui utilise ses ailes pour voler par contre les mâles ont tendance à s'envoler facilement.
 
Conditions de maintien :
 
  • Hygrométrie : pulvériser de l'eau sur la mante une fois par jour (60-80%), terreau humide

  • Température/éclairage : chauffer/éclairer avec une lampe led ou halogène (40W)  25C° jour/pas moins de 20C°Nuit

  • Taille du terrarium : 25x25x25 au minimum pour un seul spécimen, possibilité d'élevage en groupe dans un grand terrarium. Nous vous conseillons de séparer mâle et femelle pour les petits espaces.

  • Substrat : l'humus de coco convient très bien.

  • Luminosité : il faut une bonne exposition à la lumière : lumière naturelle + lampe.

  • Dans le terrarium : Branchages en suffisance, écorces, plantes (orchidées, Bromeliaceae etc.)

  • Nourriture : Mouches à l'âge adulte, drosophiles jusqu'au stade sub-adulte (nourrir deux fois par semaine, en fonction de l'abdomen).

 

Sources :

 

Observations Jeunescientifiques : www.jeunescientifiques.com

Catalogue of life : http://www.catalogueoflife.org/

 
 
2015 © Dimitri Känel

 

 
 
 
 
 
 
  • fr
  • Flag_of_Germany.svg
  • grande_bretagne_1606
  • LeanQ_Team_country_flag

 

2018 © Tous droits réservés

/ Macroscientifique

Actualisé le : 02.12.2018