Popa spurca                 

           

 

                                                                                      Plus de photos

 

(Afrique centrale) Découverte par Stål en 1856.

 

Connue aussi sous le nom de "African twig mantis" ou "Stick mantis", Popa spurca est une mante de la famille des Mantidae. Il existe deux espèces répertoriées dans le genre Popa : spurca (Stål en 1856) et gracilis (Schulthess-Schindler, 1898). L'espèce spurca possède trois taxons intraspécifiques : crassa (Giglio-Tos, 1917), pallida (Saussure & Zehntner, 1895) et donc spurca (Stal, 1856).

 

C'est une mante très atypique pour sa ressemblance à une brindille, elle est la preuve d'une grande diversité de morphologie dans l'univers des mantoptères de grande taille. Un néophythe la confondrait sûrement avec un phasme, néanmoins l'amalgame est compréhensif, cette mante a en effet beaucoup de points communs avec un phasmoptère. Et ce au delà de l'effet visuel.

 

Une brève introduction au phénomène de catalepsie :

 

Définition du Petit Larousse 2009 : "(Gr. Katalêpsis, attaque). Perte momentanée de l'initiative motrice avec conservation des attitudes, le corps restant figé dans son attitude d'origine." On parle souvent de catalepsie dans des phénomènes d'hypnose en psychiatrie mais c'est avant tout, plus généralement, un système de défense très élaboré, utilisé par de nombreux animaux (arthropodes, mammifères, reptiles, poissons etc.). L'animal ayant la faculté de catalepsie peut en cas de danger figer son corps pour "faire le mort" et tenter ainsi de désintérresser son agresseur. L'animal peut même chuter volontairement au sol pour simuler un choc violent qui aux yeux du prédateur semble alors être la cause de cette mort prématurée.

 

Même si cette défense est relativement efficace, elle est souvent utilisée en dernier recours, lorsque l'animal est très effrayé et ne sait plus quoi faire pour réagir. La racine grecque du mot signifie "attaque", il est vrai que l'effet cataleptique ressemble beaucoup à celui d'une crise cardiaque.

 

La catalepsie chez les phasmes et les mantes :

 

La catalepsie est très utilisée par bon nombre d'espèces de phasmes qui lorsqu'ils sont effrayés ou même des fois simplement perturbés, se laissent tomber de leur branche pour chuter au sol. C'est un moyen efficace pour prendre rapidement de la distance avec un éventuel agresseur. Les phasmes bâtons comme Medauroïdea extradentata (Brunner von Wattenwyl, 1907) lient même leurs pattes au tronc pour imiter une brindille qui tombe lors de la chûte.

 

La majorité des mantes font aussi de la catalepsie mais cela reste moins fréquent et très variable suivant les espèces. Popa spurca est une mante qui utilise régulièrement cette méthode de défense tout comme Deroplatys lobata (Guérin-Méneville, 1838) par exemple. C'est impressionant à observer, la mante se jette litéralement au sol en recroquevillant ses pattes contre son thorax, de plus elle s'arrange pour tomber sur le dos, ce qui est quasiment toujours le cas et renforce l'impression de "cadavre".

 

Comportement :

 

Popa spurca est une mante qui joue beaucoup sur son mimétisme. Elle parait donc très calme, un peu à la manière d'un phasme. Cependant les déplacements sont vifs et préçis. Les mouvements sont très saccadés et paraissent poussés au rythme d'un courant d'air. Les positions d'intimidations (uniquement chez les imagos) sont très rares du côté des mâles mais surprenantes à observer, les ailes des mâles étant particulièrement volumineuses et d'une belle couleur noire intense. Les femelles en revanche font fréquemment des positions d'intimidation qui valent la peine d'être vues, rien que pour les beaux motifs rouges des ailes antérieures, visibles par transparence.

 

Taxonomie :

 

Embranchement : Arthropoda

Classe : Insecta

Ordre : Mantodea

Famille : Mantidae

Genre : Popa

Espèce : spurca

 

Dimorphisme sexuel :
 
Même si le dimorphisme sexuel est flagrant, le mâle et la femelle font la même taille. La femelle est plus robuste et possède un abdomen plus large et rebondi.
 
Taille (tête-thorax-abdomen) :
  • Mâle : 6-6.5 [cm] (ailes 4.5 [cm])
  • Femelle : 6 [cm] (ailes 2.5 [cm])
 
Segments abdominaux :
  • Femelle : 6 sternites bien visibles
  • Mâle : 8 sternites
 
Taille des antennes :
  • Femelle : 1.3-1.5 [cm]
  • Mâle : 2.3-2.5 [cm]
 
Reproduction :
  • Maturité sexuelle : 15 à 20 jours après la mue imaginale
  • Première ponte : 15-25 jours après fécondation
  • Intervalle de ponte : 20 à 30 jours Incubation : 30 à 40 jours
  • Nombre de larves : 60-85
  • Remarque : Les Popa spurca semblent apprécier pondre à basse hauteur.
 
Nos statistiques :
 
  • Hygrométrie : pulvériser de l'eau sur la mante une fois par jour
  • Température : chauffage avec une lampe, environ 30°C le jour et la nuit pas en dessous de 20°C.
  • Taille du terrarium : 30x30x30 minimum pour un seul spécimen.
  • Luminosité : lampe LED et lumière naturelle
  • Dans le terrarium : branchage, feuilles mortes, écorces etc.(soyez créatifs)
  • Nourriture : mouches, grillons, blattes, criquets, teignes, et drosophiles pour les juvéniles.
 

Sources :

 

Observations Jeunescientifiques : www.jeunescientifiques.com

Catalogue of life : http://www.catalogueoflife.org/

 
 
2015 © Dimitri Känel

 

 
 
 
 
 
 
 
 
  • fr
  • Flag_of_Germany.svg
  • grande_bretagne_1606
  • LeanQ_Team_country_flag

 

2018 © Tous droits réservés

/ Macroscientifique

Actualisé le : 02.12.2018