Phyllocrania paradoxa                 

 

 

Plus de photos

 

(Madagascar, Afrique sub-saharienne, Afrique du Sud) Découverte par Burmeister en 1838.

 

Connue aussi sous le nom de "Ghost Mantis", Phyllocrania paradoxa est une magnifique mante de petite taille. Sa morphologie particulière et peu habituelle lui donne un petit côté extra-terrestre et mystérieux. La plupart du temps les Phyllocrania paradoxa sont brunes foncées/noires avec des bandes plus claires sur les pattes ravisseuses mais l'on peut également, avec plus de chance, trouver des spécimens verts et plus rarement encore des beiges/blancs.

 

Souvent quand je montre cette mante à quelqu'un, il me demande où est la tête... En effet c'est une mante qui maîtrise parfaitement le mimétisme. C'est pour cela que lors de son évolution elle a put trouver sa place dans la chaîne alimentaire en gardant une petite taille et une faible agressivité . Mise à part son excroissance (appelée aussi ramification) sur la tête, cette mante est parfaitement symétrique. Les détails de son exosquelette sont impressionnants. Il est souvent difficile de la retrouver dans le terrarium quand on a pas l'habitude. C'est une mante qui chasse principalement à l'affût, elle aime beaucoup les proies volantes mais peu se contenter d'insectes rampants comme les grillons.

 

Taxonomie :

 

Embranchement : Arthropoda

Classe : Insecta

Ordre : Mantodea

Famille : Hymenopodidae

Genre : Phyllocrania 

Espèce : paradoxa

 

Dimorphisme sexuel :
 
La différence flagrante entre le mâle et la femelle apparaît uniquement au dernier stade (L6), après la mue imaginale. Il est pourtant possible de les différencier au stade L4-L5, en effet les antennes du mâle sont plus longues L'excroissance que le mâle a sur le tête est plus grande et fine que celle de la femelle qui est plus large et compacte.
 
Une fois adulte :
-Le mâle est un peu plus grand, 7 cm ailes et antennes comprises, les antennes sont plus longues et plus épaisses. Les ailes sont pratiquement rectangulaires et se termine environ 0.5 cm après l'abdomen. Il est plus terne/foncé que la femelle. Il a un caractère plus stressé que la femelle et n'hésite pas à s'envoler si il est effrayé (c'est embêtant pour l'accouplement).
 
-La femelle fait environ 5.5cm ailes et antennes comprises, par opposition au mâle les antennes sont plus fines et courtes (on les voit difficilement). Les ailes sont légèrement arrondies aux extrémités et ne dépasse pas l'abdomen. Comme elle ne se sert pas de ses ailes, elle a un comportement plus agressif que celui du mâle. Elle a des couleurs plus claires et son exosquelette est globalement plus robuste que celui du mâle.
 
Expérience :
 
Nous avons en élevage en ce moment (décembre 2013) un mâle et une femelle adulte, et encore une femelle sub-adulte (toutes de couleur marron). Nous allons tenter un premier contact entre le mâle et la femelle d'ici une semaine avec peut-être un accouplement à la clé. Si la femelle est fécondée nous voudrions placer les oothèques qu'elle pondra dans un milieu complètement vert et voir si la couleur des mantides qui vont naître sera influencée par le milieu lors des premiers mues. Si nous réussissons à avoir une pourcentage élevé de mantes vertes, l'expérience sera un succès.
 
Mise à jour 26.04.2014 : L'expérience est un succès ! Les deux femelles ont été fécondées avec succès et les petites mantes issue de la première oothèque (49 naissances) ont été exposé à un environnement vert. Lors de la sélection naturelle au stade L1-L2 plus de la moitié des mantes sont décédées. Parmi les 15 survivantes, 2 d'entre elles sont passées au vert lors du passage L4-L5 (stade 5 à 6). Tandis que les naissances de la deuxième oothèque (qui n'ont pas été exposé à un environnement vert) aucunes mantides n'est passée au vert ! Il est possible que ce soit un hasard, certe, pour établir des moyennes il faudrait reproduire l'expérience plusieurs fois, mais dans tous les cas c'est un bon élément de réponse.
 
Conditions de maintien :
 
  • Hygrométrie : pulvériser de l'eau sur la mante une fois par jour
  • Température : Température ambiante sans chauffage (risqué), chauffer avec une lampe 40w, la nuit pas en dessous de 20°C.
  • Taille du terrarium : 30x30x30 minimum pour un seul spécimen possibilité d'élevage en groupe dans un grand terrarium avec séparation mâle/femelle.
  • Substrat : Pas nécessaire, si oui de l'humus peut faire l'affaire.
  • Luminosité : possibilité d'élever avec la lumière naturelle, ampoule 40w fortement conseillée (gain de température + bonne séparation entre le jour et la nuit), 12 heures de lumière par jour.
  • Dans le terrarium : Branchage, feuilles mortes, écorces, fougère etc.(soyez créatifs)
  • Nourriture : Mouches, teignes, grillons (nourrir deux fois par semaine, en fonction de l'abdomen).
 

Sources :

 

Observations Jeunescientifiques : www.jeunescientifiques.com

Catalogue of life : http://www.catalogueoflife.org/

 
 
2015 © Dimitri Känel
 
Accouplement du 20.12.2013, puis le suivi et l'éclosion de l'oothèque :

 

 
 
 
 
 
 
 

19h30

-température : plus de 30 degrés éclairage : ampoule 40 watts à 30-40cm des mantes

-La femelle est mise dans le terrarium du mâle. Pourquoi pas l'inverse ? Parce que le mâle étant plus craintif, il est préférable qu'il soit en territoire connu.

-La femelle doit ensuite être nourrie pour faciliter la tâche au mâle qui profitera de son occupation.

-Le mâle est ensuite placé derrière la femelle à une distance de 20 cm.Il faut absolument qu'il repère la femelle et s'y intéresse. Une fois qu'il l'a repéré, il va la fixer et ses antennes vont légèrement se pencher vers elle.

 

19h45

le mâle commence à se rapprocher et lui saute dessus en volant, c'est le moment de vérité.Si la femelle le tolère c'est gagné, si elle se retourne et l'attaque il faut les séparer rapidement avant qu'il y ait des séquelles.

22H30

la femelle change de position, le mâle reste dessus. Cela fait plus de 2 heures qu'ils sont comme ça. Il est possible qu'ils aient besoin de plus d'intimité, nous décidons d'éteindre l'ampoule et de les laisser dans l'obscurité.

23h00

Ça marche ! Le mâle fait ses premières tentatives, il cherche.

23H30

Ça y est ! La femelle commençait à s'impatienter (nous sommes fatigués aussi).

Le lendemain 9h00

Le lendemain l'accouplement est terminé, il aura duré toute la nuit probablement et le mâle a réussi à s'enfuir =). Accouplement : SUCCESS !

Première ponte le 29.12.2013

Première oothèque 9 jours plus tard.

25.01.2014

État de l'oothèque 27 jours après avoir été conçue.

Éclosion : 08.02.2014

49 petites mantides Phyllocrania paradoxa.

77 jours après éclosion : 26.04.2014

Les mantes nées le 08.02.2014 sont désormais au stade L4-L5 et une mante verte est apparue. 

Please reload

  • fr
  • Flag_of_Germany.svg
  • grande_bretagne_1606
  • LeanQ_Team_country_flag

 

2018 © Tous droits réservés

/ Macroscientifique

Actualisé le : 02.12.2018