Otomantis sp.                 

                                                                                               

 

  Plus de photos

 

(Afrique) Genre découvert par Bolivar en 1890.

 

Otomantis est un genre de mantoptères à ce jour peu connus du monde de la terrariophilie et ce encore moins du monde scientifique. Chez les terrariophiles, on surnomme cette mante « Boxer mantis » en raison de la forme arrondie des fémurs antérieures et du mouvement frénétique que la mante peut faire en les agitant (ressemblance à un boxeur en position de garde). Ce mouvement ressemble à une danse et pourrait facilement se classer dans la rubrique des positions d'intimidation.

 

Les Otomantis (principalement les femelles mais aussi les mâles) exécutent cette danse à tous les stades de leur croissance et ce lorsqu'il rencontre un individu de leur espèce, un autre animal ou encore après un déplacement rapide, un saut. Le mouvement en soi peut être très varié que ce soit dans la vitesse de son exécution ou alors dans l'ampleur du déploiement des ravisseuses. Les danses les plus longues et les plus intéressantes ont été observées lors de la confrontation entre un mâle et une femelle. Tout porte à croire que c'est leur principal mode de communication. Certaines personnes pensent que c'est uniquement un moyen pour l'espèce de se reconnaître dans le monde animal, ce qui n'empêchent pas quelques rares cas de cannibalisme.

 

L'espèce que nous avons élevé est malheureusement non identifiée, nous ne pouvons que certifier qu'elle provient d’Afrique. Plusieurs souches d'espèces probablement différentes circulent en Allemagne sans vraiment être identifiées correctement. Une récente étude publiée le 21 mai 2014 propose une redescription du genre Otomantis ainsi que la distinction de nouvelles espèces. Les Otomantis ne sont pas les seules « boxer mantis », on peut encore citer le genre Hestiasula (Saussure, 1871 ) : par exemple l'Hestiasula major (Beier, 1929) qui est la plus grande de toutes et la plus répandue en terrariophilie.

 

Observations :

 

Nous avons pu remarquer que cette espèce possède une excellente vue. Elle est très performante dans les branchages. Lorsque l'on s’approchait des terrariums, les spécimens allaient souvent se cacher derrière les branches tout en gardant le haut des yeux composés exposés à notre regard, comme pour observer les visiteurs et garder un œil sur eux. C'est probablement pour faciliter cette opération que les yeux composés ont une petite bulbe conique qui dépasse du haut de la tête. Les femelles peuvent planer et faire des bonds impressionnant, les mâles volent parfaitement.

 

Suivi :

 

23.02.2015 : Commande d'une dizaine de spécimens L4-L5.

23.02 au 28.05.2015 : Croissance - sur les 10 Otomantis, seuls 4 sont arrivés à l'âge adulte, un mâle pour 3 femelles. Les mues imaginales ont été passablement difficiles.

 

Reproduction :

 

  • Premier accouplement réussi le 16.05.2015. voir vidéo

  • Première oothèque le 28.05.2015.

  • 2e accouplement réussi (doute sur la fécondation) d'une autre femelle le 31 mai 2015.

  • 2e ponte de la première femelle fécondée le 02.06.2015.

  • 3e accouplement de la troisième femelle qui a fini par manger notre mâle le 08.06.2015.

  • Le 03.07.2015, la première oothèque pondue le 28.05.2015 a éclos avec 33 jeunes.

 

Statistiques (établies sur la base des données ci-dessus et d'autres relevés moins précis) :

  • Première ponte : 10 jours après l'accouplement

  • Intervalle de ponte : 6 à 15 jours

  • Nombre de petits : 20-40/oothèque

  • Nombre de pontes : 5 à 10 oothèques

 

Note additionnelle : lorsque le mâle est excité, il courbe son abdomen et déploie légèrement ses ailes pour impressionner la femelle.

 

Taxonomie :

 

Embranchement : Arthropoda

Classe : Insecta

Ordre : Mantodea

Famille : Hymenopodidae

Genre : Otomantis

Espèce : sp. (?)

 

Dimorphisme sexuel :
 
Le dimorphisme sexuel est important, les femelles sont nettement plus robustes. Leurs ailes sont brunes alors que celles des mâles sont translucides. Les mâles ont les antennes plus longues et sont de couleur plus clair. On peut également les reconnaître à la couleur verte des trochanters et les rayures sur les fémurs antérieurs.
 
Conditions de maintien :
 
  • Hygrométrie : pulvériser de l'eau sur la mante et dans le terrarium une fois par jour.
  • Température : 25-30°C le jour, la nuit pas en dessous de 20°C.
  • Taille du terrarium : un terrarium de 25x25x25 est un minimum pour 1 spécimen adulte.
  • Luminosité : lumière naturelle couplée à une ampoule LED. Dans le terrarium : Branchages, lianes, écorces, soyez créatifs.
  • Nourriture : Drosophila hydei/melanogaster jusqu'aux stades L5, ensuite mouches.
 
Éviter à tout prix les grillons qui seront très mal digérés et provoqueront des malformations des oothèques.
 

Sources :

 

Observations Jeunescientifiques : www.jeunescientifiques.com

Catalogue of life : http://www.catalogueoflife.org/

 

Étude publié le 21 mai 2014 par Zootaxa sur Mapress.com : A taxonomic revision of Otomantis Bolivar, 1890 (Mantodea: Hymenopodidae, Acromantinae) with description of five new species FRANCESCO LOMBARDO, MARTIN B.D. STIEWE, SALVATRICE IPPOLITO, ALESSANDRO MARLETTA

 

 
 
2015 © Dimitri Känel

 

 
 
 
 
 
 
 
 
  • fr
  • Flag_of_Germany.svg
  • grande_bretagne_1606
  • LeanQ_Team_country_flag

 

2018 © Tous droits réservés

/ Macroscientifique

Actualisé le : 02.12.2018