Damon diadema & variegatus                 

                                                                                                 

 

    plus de photos

 

(Afrique centrale, Kenya, Tanzanie) Découverte par Simon en 1876.

(Afrique centrale, Afrique Australe) Découverte par C. L. Koch en 1850.

 

 

Aussi appelés « araignées à fouet » (en anglais : « whip spider » ou « tailless whip scorpion »), les amblypyges représentent un ordre d'arachnides au même titre que les scorpions, les uropyges ou encore, plus commun, les aranéides. C'est un plus petit monde souvent méconnu, avec seulement 158 espèces d'après Catalogue of Life en 2015. L'aire de répartition de ces animaux est pourtant très large et ce dans des milieux désertiques, tropicaux et méditerranéens. En effet, on retrouve des amblypyges sur tous les continents : Amérique du nord, Amérique latine, Océanie, Afrique, Asie, mais aussi en Europe.

 

Ce sont des arthropodes qui ont une grande vivacité, ils sont capables de se faufiler n'importe où et de se déplacer rapidement sur de courtes distances. Leur morphologie très aplatie leur permet de se glisser dans des petites fissures ou en tout cas dans des recoins inaccessibles pour d'autres animaux. 

 

Morphologie :

 

Tout comme les autres arachnides, les amblypyges sont constitués de deux parties principales, un abdomen et un céphalothorax sur lequel sont fixées les pattes et les imposantes pédipalpes. On y retrouve 3 paires de pattes ambulatoires et une paire de pattes antenniformes ou tactiles qui permettent à l'amblypyge de se repérer ou parfois d'attirer une proie en la tapotant, de façon à l'amener vers ses pédipalpes. Les amblypyges peuvent se déplacer latéralement mais aussi vers l'avant et en marche arrière.

 

Comportement :

 

En cas de danger, les amblypyges se mettent en posture de défense, en ouvrant les pédipalpes et en mettant en évidence leurs épines. Ce ne sont pas des êtres très sociables à l'exception de quelques espèces du genre Damon comme les diadema et les variegatus. La cohabitation est en règle générale impossible et traitée à juste titre comme une notion subjective.

 

Malgré une certaine tendance à la confrontation chez les mâles adultes, la plupart des spécimens se contenteront de fuir le danger. Ces arthropodes n'ont pas de venin ; la prédation est purement mécanique et ils sont totalement inoffensifs pour l'homme. Les amblypyges sont lucifuges et préfèrent donc les endroits sombres où ils se sentent en sécurité. C'est pour cela que la plupart d'entre eux sont cavernicoles et aiment l'humidité. Ils sont exclusivement carnivores et se nourrissent d'une large palette de petits animaux, essentiellement des insectes.

 

Dimorphisme sexuel :

 

Les pédipalpes des mâles sont en règle générale plus larges que celles des femelles. Sinon, une autre technique permet de sexer un amblypyge comme l'explique © 2009 Florian Réveillon : « il faut regarder le deuxième sternite (du coté proximal) : les femelles ont comme un X assez prononcé, les mâles n’en ont qu’un vague contour».  

 

Taxonomie :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paléontologie :

 

En près de 300 millions d'années, ces arthropodes préhistoriques n'ont pratiquement pas évolué et conservé leurs formes archaïques. Les plus vieux fossiles datent du Carbonifère (-358 à -298 [Ma]). Deux fossiles datant de l'Aptien (-125 à-113 [Ma], Crétacé inférieur) ont été trouvés dans la formation géologique du Crato au Brésil. L'un d'eux, découvert près de Nova Olinda (Ceará), a été décrit par Jason A. Dunlop & Victor Barov, comme appartenant à l'espèce : Britopygus weygodti (Dunlop & Martill, 2002). D'autres plus récents (ca. -20 à -26 [Ma], Oligocène, Miocène) ont été découverts au Mexique (Petrunkevitch, 1971; Poinar & Brown, 2004) et en République Dominicaine (Schawaller, 1979, 1982).

 

Photo du fossile décrit par Jason A. Dunflop & Victor Barov.

Dans l'étude « A new fossil whip spider (Arachnida: Amblypygi) from the Crato Formation of Brazil » : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Description originale : « Fig. 1–2. New specimen of Britopygus weygoldti Dunlop & Martill, 2002, SMNS 66123. 1. Overview of body in ventral view. Scale bar: 10 mm. 2. Detail of the mouth region showing particularly the chelicerae, palpal coxae and tritosternum. Scale bar: 2 mm. »

 

D'autres fossiles de République Dominicaine :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2015 © Dimitri Känel

 

Sources :

 

Observations par Jeunescientifiques : KÄNEL (Dimitri) & ORSINI (Lucas)

jeunescientifiques@gmail.com

 

Base de données :

 

-Catalogue of Life: 2015 Annual Checklist, 2015, Consulté régulièrement depuis 2012 :

http://www.catalogueoflife.org/annual-checklist/2015/

-The NCBI taxonomy database , 2015, Consulté régulièrement depuis 2012 :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/​

 

 

Étude :

 

« A new fossil whip spider (Arachnida: Amblypygi) from the Crato Formation of Brazil » A. DUNLOP Jason & BAROV Victor, Revista Ibérica de Aracnología, Grupo Ibérico de Aracnología (GIA). Vol. 12, 31 XII 2005 Pp : 53−62.

PDF : http://www.seaentomologia.org/Publicaciones/RevistaIbericaAracnologia/RIA12/053_062WhipSpider.pdf

Contact : amelic@telefonica.net

 

Ladle, R. J. & Velander, K. 2003 “Fishing behavior in a giant whip spider” The Journal of Arachnology 31:154–156. Réveillion, F. 2009 : Taxonomie et biologie des amblypyges (Arachnida : Amblypygi), Le bulletin d’arthropoda 36 - 2e trimestre 2008, édition GEA : 31-49. Weygoldt, P. 2000 : Whip spiders (Chelicerata, Amblypygi) Their biology, Morphology and Systenatics, Apollo Books, 163pp. http://amblypyge.perso.sfr.fr/fr/fiche_elevage.html | florian.reveillion@sfr.fr

 

Site :

 

Site de F. Réveillion : http://amblypyge.perso.sfr.fr/ : dernière consultation le 21.09.2015.

Fiche d'élevage : F. Réveillion & .-O. Maquart : http://amblypyge.perso.sfr.fr/fr/fiche_elevage.html

 

Sources intéressantes de l'excellent site internet de Florian Réveillion.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  • fr
  • Flag_of_Germany.svg
  • grande_bretagne_1606
  • LeanQ_Team_country_flag

 

2018 © Tous droits réservés

/ Macroscientifique

Actualisé le : 02.12.2018